Le bonheur d’habiter près des « Hermanns Füßen »

Connaissez-vous la ville de Detmold, en Westphalie orientale ? C’est précisément ici qu’a été construit, de 1838 à 1875, le monument d’Hermann en l’honneur du prince chérusque Arminius, plus connu sous le nom d’Hermann le Chérusque, sous le commandement duquel l’armée romaine a été vaincue en l’an 9 de notre ère. Un lieu d’excursion très apprécié dans la région. En revanche, le temps de construction de la maison familiale située non loin de la fière statue du guerrier, que la famille Kerkmann a récemment rénovée et occupée, a été nettement plus court.

Le monument d’Hermann trône à 386 mètres au-dessus du quartier de Hiddesen à Detmold, autrefois un village d’ouvriers et de paysans, aujourd’hui un lieu de résidence et station thermale très prisé, qui ouvre des vues lointaines et se caractérise par sa verdure prolifique, ses réserves naturelles et ses possibilités de randonnée vallonnées. C’est peut-être ce potentiel que les arrière-grands-parents de L. Kerkmann ont reconnu lorsqu’ils ont construit en 1939 l’une des premières maisons sur la « Nullbrede » à Hiddesen. Mais c’est sans aucun doute une véritable aubaine pour l’arrière-petit-fils, qui a rénové la maison et s’y est installé avec sa famille en avril 2022.

Les défis de l’époque à relever étaient très similaires à ceux d’aujourd’hui. Un sol argileux et des différences de hauteur allant jusqu’à deux mètres vers le jardin ont exigé une planification précise et beaucoup d’efforts. En 1939, les arrière-grands-parents s’y sont installés avec les enfants. Pour cela, la cave a dû être creusée plus profondément à la main. En raison de la structure du sol, un socle en pierre de taille a été construit pour protéger le bâtiment côté rue de l’affaissement. Côté jardin, le socle compense aujourd’hui encore la différence de hauteur. Une annexe abritait des poules et d’autres petits animaux. Au-dessus, un grenier à foin. Au fil du temps, la maison a été transformée pour accueillir les arrière-grands-parents et les grands-parents avec leurs enfants.

Début 2020, une nouvelle rénovation a commencé

Pour cela, la grand-mère a déménagé temporairement dans une résidence de soins et a laissé son petit-fils planifier et construire en toute confiance. Lors du désencastrement, il s’est avéré que la maison avait été en quelque sorte reconstruite : les nouveaux murs intérieurs reposent sur d’anciens murs de 1939. L’annexe, en revanche, a été démolie et entièrement reconstruite, idem pour la pièce maîtresse de la maison.

Pour la famille, il était surtout important que le nouvel espace capte beaucoup de lumière et soit cohérent de l’extérieur. Pour la façade extérieure, on a choisi du mélèze de Sibérie, qui passe très bien avec le socle en pierre de taille. Pour les sources de lumière, un puits de lumière a été installé dans l’entrée, ainsi que deux grandes portes levantes-coulissantes QuinLine® qui donnent directement sur le jardin. Il est ainsi possible de garder un œil sur les enfants qui jouent dehors depuis la grande cuisine-salle de séjour. Et en raison de la maniabilité des portes, le fils de six ans des Kerkmann peut ouvrir et fermer lui-même les portes levantes-coulissantes sans effort. En hiver, les grands éléments de portes levantes-coulissantes apportent non seulement de la lumière mais aussi de la chaleur dans l’espace de vie, ce qui permet des économies d’énergie. En revanche, en été, il arrive que l’on utilise des stores à lamelles contre le soleil. La famille ne pourrait plus se passer de ces éléments, puisque le fauteuil préféré pour lire et faire la lecture se trouve juste à côté de la porte levante-coulissante.

Pour nous, la grande luminosité était le plus important lors du choix des portes levantes-coulissantes. De plus, elles permettent d’économiser de l’énergie en hiver, car elles apportent une grande chaleur grâce à la lumière.

L. Kerkmann, du quartier de Hiddensen à Detmold

La grand-mère est d’ailleurs revenue s’installer avec sa famille dans la maison rénovée en avril 2022. Elle a même reconnu la disposition initiale des chambres. Sa conclusion sur la transformation : un véritable succès. Elle a ainsi pu fêter son premier Noël dans sa « nouvelle » maison, entourée de ses proches, avant de s’éteindre malheureusement début 2023 à l’âge de 91 ans. L. Kerkmann peut toutefois être sûr que sa grand-mère savait que sa maison était entre de bonnes mains.